Rechercher un sejour

Comment voyager ?
 
 
Ou voyager ?
 
 
 
 
 
    • rome 9
    • place d espagne rome
    • garde suisse
    • place st pierre
    • hall04
    • chapelle sixtine2
    • michelangelo creation
    • naple
    • vesuve pompei

ROME

Rome, Italy
 

Rome, Naples et Pompeï

par 9 jour(s) / 8 nuit(s)
 
  • fontaine de trevi
  • Séjour découvertes et soleil
  •  2 nuits d’étapes région de Milan hôtel 3*
  • Hôtel 3 * région Rome
  • Hôtel 3 * région Naple
  • Pension complète avec boisson à table.

Excursions incluses:
 
  • La ROME Antique (journée complète guidée)
  • Le VATICAN (journée complète guidée)
  • NAPLES (journée complète guidée).  
  • Le VESUVE et POMPEÏ (journée complète guidée 

 
 
apd: 989€
 
 

 
Bienvenue à Rome
 
"Roma, una vità non basta"
(Rome, une vie ne suffit pas)
 
Rome  vous invite au cœur de la cité éternelle ;
 ses quartiers, le Vatican, ses monuments et leur histoire
 
Venez découvrir une des plus belle ville du monde.
 
D'avril à octobre 2013
 
 
 
 

  


 
Jour 1 : Localité / MILAN
Départ le premier jour de votre localité le matin.
Vous voyagerez en autocar de grand tourisme 3*** équipé de la climatisation distributeur de boissons chaudes et froides, toilettes, vidéo etc. Route de jour, repas libres en cours de route.
Arrivée en fin de journée dans la région de MILAN (Italie) pour votre nuit d’étape en ½ pension avec boisson à table. Dîner à l’hôtel et logement.
 
Jour 2 : MILAN / ROME
Après le petit-déjeuner, continuation vers Rome.
Déjeuner au restaurant le midi avec boisson à table.
Arrivée à l’hôtel 3 * dans la région de ROME en fin de journée.
Accueil par notre correspondant local et  installation.
Dîner à l’hôtel et logement
 
Jour 3 : La ROME Antique (journée complète guidée)
Après le petit-déjeuner, rendez –vous avec notre guide pour la visite de la Rome Antique.
Vous découvrirez, La piazza Venezia, la piazza del Campidoglio (la place du Capitole),  La via dei Fori Imperiali, le Colisée (entrée incluse), L’Arco di Costantino, le Palatino, et le Circo Massimo.
Déjeuner au restaurant boisson à table incluse.
Après-midi, continuation de la visite guidée du Rome Baroque.
Piazza di Spagna, Fontana di Trevi, Pantheon, Piazza Navona.
Retour à l’hôtel  pour le dîner et logement
 
Jour 4 : Le VATICAN (journée complète guidée)
Après le petit-déjeuner, rendez –vous avec notre guide pour la visite du VATICAN (inclus : les Musées du Vatican et la chapelle Sixtine)
Déjeuner au restaurant boisson à table incluse.
Dans l'après-midi, continuation avec visite guidée des basiliques
Santa  Maria Maggiore, San Giovanni in Laterano, la  Scala Santa.
Retour à l’hôtel  pour le dîner et logement
 
 
Jour 5 : ROME – NAPLES 
Petit déjeuner à l’hôtel et transfert en  autocar vers la côte
Amalfitaine (Vico Equense, Castellammare di Stabia etc.).
Arrivée à l’hôtel 3*, dans la région  de NAPLES.
Repas du midi à l’hôtel.
Installation dans les chambres et après-midi libre.
Dîner à l’hôtel, et nuitée.
 
Jour 6 : NAPLES (journée complète guidée).  
Petit déjeuner à l’hôtel et départ en car pour une journée d’excursion entière  guidée à NAPLES incluant :
le centre historique, avec la  Galerie Umberto I,  le Théâtre  San Carlo,  Palazzo Reale (le Palais Réal, exterieur), le Maschio Angioino, Spaccanapoli.
Déjeuner en restaurant boisson à table incluse au cours de l’excursion.
Retour à l’hôtel  pour le dîner et logement
 
Jour 7 : Le VESUVE et POMPEÏ (journée complète).  
Petit déjeuner à l’hôtel et départ en autocar pour l’excursion au Vésuve, montée avec guide alpin du  Parc du Vésuve pour découvrir  les aspects naturalistiques et  géomorphologiques du volcan.
Déjeuner en restaurant boisson à table incluse  et  continuation pour Pompei, entrée dans le parc  archéologique.
Retour à l’hôtel  pour le dîner et logement
 
Jour 8 : NAPLES – MILAN
Petit déjeuner à l’hôtel et départ pour la région de MILAN.
Déjeuner en restaurant (boisson à table incluse) en cours de route, Arrivée à l’hôtel  d’étape  pour le dîner et nuitée. .
 
Jour 9 : MILAN - Localité.
Petit déjeuner à l’hôtel et départ pour votre  région.
Repas libres sur la route.
Arrivée prévue en fin de journée. Fin de nos prestations.
 

Nous nous réservons le droit, si les circonstances l’exigent, de modifier l’ordre de ce programme. 

PRIX GROUPE 2012
Base 40 / 50  personnes
9 jours / 8 nuits
à partir de :
959 €
 
D’avril  à octobre 2012 
 

Ce tarif comprend :
- Le transport en autocar de grand tourisme.
- Les 2 nuits d’étapes région MILAN ou Lac Majeur
   en  ½ pension,  boisson à table  incluse.
- Les 3 nuits hôtel 3 * région de ROME
- Les 3 Nuits hôtel 3* région de NAPLE
- La boisson à table.
- Les déjeuners au restaurant  le midi, boisson à table  Incluse.
- Le linge de toilette fourni.
- Les excursions, entrées et visites mentionnées au Programme.
- Un guide francophone pour les excursions.
- La taxe de séjour (0.99 € / jour / personne)
- Les droits d’entrées aux sites
 
 
Ce tarif ne comprend pas :
 Le supplément chambre individuelle: 145 €
Les repas   pris en cours de route (jour 1 et 9)
Les dépenses personnelles.
L’assurance annulation : 10 €
L’assurance rapatriement : 14 €  
ROME
Renseignements pratiques
 
La ville éternelle ne se résume pas à son histoire : Rome est une cité bien vivante, où l'art et l'art de vivre ne font qu'un. Qui sait si au détour d'une ruelle, à l'entrée d'une voie souterraine, vous ne découvrirez pas, tout comme dans Fellini Roma, une fresque étrusque, ou un fragment de statue byzantine : mirage ou vestige d'une histoire pouvant remonter jusqu'à 2 500 ans. Car Rome est un perpétuel champ de fouilles sur plusieurs niveaux dont les monuments ne sont qu'une partie visible. 2000, l'année du Jubileo, fut une véritable "bénédiction" pour les visiteurs qui peuvent aujourd'hui découvrir les plus beaux monuments non pas calfeutrés sous les sempiternels échafaudages mais enfin restaurés. La découverte culturelle ne doit pas pour autant vous empêcher de vous attabler à une trattoria en plein air pour rencontrer le peuple de
SITUATION GEOGRAPHIQUE
Rome se situe dans la province agricole du Latium, en Italie centrale, entre deux contrées de collines volcaniques. La plaine romaine était habitée et cultivée même avant la fondation de Rome. Mais longtemps cette plaine fut marécageuse et infectée par la malaria. Au début du XXe siècle, des travaux de drainage et d’assèchement (l’assèchement des Marais Pontins) ont rénové la région. Rome s’est élevée sur le bassin inférieur du Tibre qui se jette dans la mer Tyrrhénienne à Ostie. Cicéron nous dit (De republica,) que Romulus choisit fort bien l’emplacement de la ville : ni trop loin de la côte (pour permettre l’acheminement des denrées venant de la mer) ni trop près (pour éviter les razzias des pirates). Rome se trouve en effet à 25 kms environ de la mer. Elle était originellement entièrement située sur la rive gauche du Tibre, et composée de villages perchés sur sept collines, qui constituaient ainsi une véritable acropole donnant à la ville des possibilités défensives de premier ordre. Ces collines sont le Palatin etle Capitole, cœur de la Rome primitive (Roma quadrata) (Properce, Élégies), et, du Nord au Sud, en arc de cercle autour de ces deux collines, le Quirinal, le Viminal, l’Esquilin. le Cœlius, et l’Aventin. Ces dernières collines furent insérées dans l’enceinte de la ville sous le règne de Servius Tullius, le cinquième successeur de Romulus (Tite-Live, Histoire romaine
 
Climat
A partir du mois de juin, la température devient pesante dans la capitale italienne. Certains jours le mercure peut monter jusqu'à 40°C et il faut attendre le milieu de la nuit pour sentir un peu de fraicheur. Les mois d'hiver sont parfois très humides et les températures sans être sibériennes sont souvent froides.
Visa
Les ressortissants des pays de l'Union Européenne n'ont pas besoin de visa pour se rendre en Italie. Les Suisses et les Canadiens peuvent séjourner jusqu'à 90 jours sans visa dans le pays.
Santé
Rien à signaler
Décalage horaire
GMT + 1 h
Indicatif téléphonique
Le 06
Poids et mesures
Système métrique
Electricité
20 V, 50 Hz
Fêtes et festivals
Entre toutes les fêtes religieuses catholiques, la Semaine sainte et Pâques sont l'objet de célébrations majeures dans la ville de l'Église (voir plus haut Religion). Le 21 avril marque le début du Natale di Roma qui commémore la fondation de Rome (événements variés, sites archéologiques exceptionnellement ouverts). L'été, la ville explose de manifestations artistiques diverses (encore plus nombreuses pour le Jubilé 2000) en salles et en plein air : opéras, ballets, concerts en tous genres, projections de films, expositions. L'animation bat son plein dans le quartier du Testaccio où se concentrent les discothèques fréquentées par la jeunesse branchée. Pendant la Festa de Noantri (20-28 juillet), le quartier populaire du Trastevere accueille des spectacles de rue, des stands d'artisanat et des spécialités gastronomiques. C'est en automne que se tiennent le RomaEuropa Festival, qui invite des spectacles internationaux les plus novateurs et le Roma Jazz Festival International, qui propose un large programme de musiques afro-américaines.
Coût de la vie et argent
De nombreux bureaux de change, bureaux de poste et banques vous permettront de changer devises et chèques de voyage. Les dernières sont en général les plus fiables et proposent le meilleur taux. Mieux vaut cependant comparer les commissions et les taux pratiqués. La carte bancaire est le moyen le plus simple de régler ses dépenses. Des distributeurs automatiques sont disséminés partout dans la ville.La TVA, d'environ 19 %, applicable en Italie est toujours incluse dans les tarifs affichés. Le couvert (coperto) et le service doivent en revanche être payés en sus dans les restaurants. Leur montant est toujours mentionné sur les menus. Le pourboire n'est pas obligatoire mais fréquemment pratiqué.
Langue
Les mots et expressions suivants pourront vous être utiles :
Bonjour : buongiorno (ou ciao, informel)
Au revoir : arrivederci (ou ciao, informel)
Oui : sì
Non : no
S'il vous plaît : per favore
Merci : grazie
Excusez-moi : mi scusi
Je voudrais aller à... : voglio andare a...
Restaurant : ristorante
Petit déjeuner : prima colazione
Déjeuner : pranzo
Dîner : cena
Coutumes
Le Romain du peuple est un personnage de tout premier plan dans la scène variée des caractères italiens. Très loin du Turinois, du Vénitien ou du Florentin qui le trouvent vulgaire et hâbleur, il parle avec véhémence et avec d'amples mouvements des mains le romanaccio, un dialecte riche en invectives savoureuses, à l'accent traînant. Mais, très superstitieux, c'est avec des gestes conjuratoires discrets qu'il combat le malocchio (mauvais oeil). Le moindre chat noir entr'aperçu le matin suscite l'anxiété. Particulièrement néfaste est le fait, dans un groupe qui se rencontre ou se quitte, d'échanger une poignée de main au-dessus de deux autres mains qui se serrent !
On se lève tôt dans la capitale italienne, et si les innombrables employés des ministères sont à leur poste vers 8 heures après avoir avalé chez eux un café, la ou les pauses cappuccino - accompagné d'un cornetto (croissant) - au bar du coin, sont dans l'ordre naturel des choses. La journée de travail des fonctionnaires se termine vers 13 h 30, et beaucoup occupent un autre emploi, en général payé au noir. Mais, entre les deux, c'est la sacro-sainte pennichella (sieste). Magasins, administrations, tout est chiuso (fermé), et si les activités reprennent l'après-midi, ce n'est que vers 15h30 ou 16 h, confirmant le dicton : "Pendant la sieste, seuls les chiens et les Français se promènent." Cette "institution" n'est pas sans créer quelques difficultés de communication entre Italiens du Nord et Romains des organismes étatiques
Gastronomie
Manger (magnar en dialecte), ici, ce n'est pas une mince affaire ! Rien ne peut mieux décrire ce plaisir, cet art de vivre, que, dans Fellini Roma, la séquence nocturne d'un petit peuple attablé dans des trattorie en plein air. Un repas italien complet se déroule, lui, en trois séquences : les antipasti (hors-d'oeuvre), le primo (c'est là que se trouvent les pâtes aux préparations infinies pourvu qu'elles soient al dente) et le secondo, à base de viande ou de poisson. La cuisine romaine trouve ses racines dans l'alimentation des pauvres, c'est pourquoi les abats y tiennent une place importante. Goûtez la coda (queue de boeuf) ou la trippa (tripes), grandes spécialités locales, et entre tant d'autres, la saltimbocca alla romana (escalope de veau servie en roulade avec une tranche de prosciutto - jambon cru - relevée de vin blanc et de sauge), ou le bacchio al forno, agneau de lait rôti parfumé au romarin et à l'ail, plat pascal par excellence. Le pecorino (fromage de brebis) romano, fraîchement rapé,accompagne les spaghetti al cacio et pepe (fromage et poivre) et se mange traditionnellement avec des fèves le lundi de Pâques (Pasquetta) et le 1er Mai.
LES ORIGINES
Les origines de Rome sont obscures et pleines de légendes. Nos propres renseignements viennent notamment de deux historiens, l'un grec, l'autre latin, Denys d'Halicarnasse et Tite-Live, appartenant tous deux à la période de l'ère chrétienne et qui se sont appuyés sur une tradition officielle qu'ils n'ont pas remise en cause ; il est bon de dire, d'ailleurs, que les documents originaux manquaient depuis l'incendie de Rome au début du 4e siècle, lors de l'invasion gauloise. La légende, que reprend Virgile dans l'Énéide , rapportait qu'Énée, prince troyen, s'était échappé de l'incendie de Troie, lors de la prise de la ville par les Grecs (Virgile, Énéide) et qu'après dix ans d'aventures et d'épreuves, il était arrivé en Italie. Là, ayant fait alliance avec le roi Latinus (dont il épousa la fille Lavinia) (Virgile, Énéide) et vaincu l'armée étrusque, il avait fondé une ville, nommée Lavinium. Son fils, Ascagne (ou Iule, dont prétendait descendre la gens Iulia à laquelle appartint César) fonda ensuite, dans les monts Albins, une nouvelle ville, Albe-la-Longue. Après une longue suite de rois, la royauté échut à Numitor, bientôt dépossédé par son frère cadet Amulius. Celui-ci supprima la descendance mâle de Numitor (c'est-à-dire ses neveux) et obligea sa nièce, Rhéa Silvia à devenir Vestale, ce qui la vouait à la virginité. Cependant, Rhea Silvia fut visitée par le dieu Mars lui-même (Tite-Live, Histoire romaine); des jumeaux naquirent, Romulus et Rémus, qu'on exposa dans un berceau sur le fleuve Tibre, alors en crue. Lorsque la crue cessa, le berceau se retrouva sur les bords du fleuve, sous le mont Palatin, près d'un figuier sauvage, où une louve vint nourrir les deux bébés en leur présentant ses mamelles. Un berger, Faustulus, les trouva, les prit et les confia à sa femme, Acca Laurentia. Devenus grands, ils se firent reconnaître de leur grand-père Numitor qu'ils aidèrent à retrouver son trône. Puis les deux frères décidèrent de fonder une nouvelle ville au pied du Palatin. Mais une compétition s'établit entre eux pour la fondation de cette ville ; on décida alors de s'en remettre à une prise d'auspices en observant le vol des oiseaux : Romulus l'emporta, ayant aperçu douze vautours alors que son frère n'en avait vu que six.(Tite-Live, Histoire romaine) La fondation de la ville revenait donc à Romulus ; mais alors que celui-ci traçait le sillon dans lequel allaient s'élever les murailles de la future ville, Rémus se serait amusé, par dérision, à sauter par-dessus le sillon ; furieux, Romulus tua son frère en disant : "Ainsi périsse quiconque à l'avenir franchira mes murailles". Cette fondation de Rome se situe le 21 avril 753. En fait, il semble bien que, dès le Xe siècle existait sur le Palatin une colonie venue d'Albe pour protéger la région contre la menace étrusque. Mais ce n'est qu'au VIIIe siècle que les villages essaimés de cette colonie primitive instituèrent une fédération dite des Septs Monts (Septimontium).
Les sept collines de Rome
Nombre de villes se sont établies dans des sites géographiques élevés ou particuliers, qui non seulement leur assurent une manière de protection naturelle, mais encore les placent sous l'autorité bienveillante et rassurante des divinités. Les collines à l'abri desquelles Rome s'est développée forment une sorte d'amphithéâtre à l'est dont le Tibre à l'ouest occuperait la scène ; elles sont au nombre de sept : Aventin, Palatin, Capitole, Quirinal, Viminal, Esquilin et Cœlius (ou Caelius). Elles culminent entre 46 et 69 mètres. C'est au contact de ces sept collines, inspirées par les dieux et les génies, ou sur leurs sommets que Rome, au moment de sa fondation officielle et légendaire par Romulus et Rémus en ~ 753, entre dans l'histoire. Le plus ancien hameau a été découvert sur l'Aventin, autrefois couvert de bois, avec de nombreuses sources ; et c'est là que Rémus consulta les dieux pour savoir qui de lui ou de son frère Romulus régnerait un jour. Sur le Palatin, qui deviendra le domaine privilégié des empereurs et de leur cour, les bergers romains faisaient paître à l'origine leurs troupeaux, et c'est l'un d'entre eux qui découvrit la Louve allaitant les Jumeaux ; c'est aussi autour du Palatin que Romulus trace l'enceinte de la ville, en creusant un sillon avec sa charrue. Sur l'Esquilin et sur le Cœlius, d'autres villages sont bâtis. Dès les premiers temps de la Rome royale, les villages du Palatin, de l'Esquilin et du Cœlius forment une confédération appelée Septimontium (les sept sommets des trois collines) tandis que, à leur tour, le Quirinal, le Viminal et le Capitole se couvrent de hameaux. Les Étrusques occupent le Latium et le site de Rome, et fondent, à partir de ces villages dispersés sur six collines, une véritable ville, unifiée et cohérente, qui s'étend jusqu'à l'Aventin. Hauts lieux de la politique, des conflits sociaux, des cérémonies religieuses ou des fêtes païennes, ces collines sont chargées d'histoires, fabuleuses ou vraies, glorieuses et tragiques, à tel point que deux de ces collines sont passées dans des adages encore employés aujourd'hui : "Il n'y a pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne" et "se retirer sur l'Aventin".
Maisons et monuments divers
Comment vivait-on dans cette ville ? La Rome royale est marquée par la simplicité de la vie privée. Les premières habitations étaient des huttes faites de torchis et dotées d'un toit de chaume et munies d'une seule porte. Puis les Étrusques apprirent aux Romains à construire de vraies maisons, à plan quadrangulaire, sans fenêtres extérieures, où un vestibule partant de la porte de la rue conduit à une cour intérieure carrée (atrium), couverte d'un toit, percé d'une ouverture par laquelle la pluie tombe dans un bassin central pour satisfaire aux besoins en eau de la maison. Sur cet atrium ouvrent différentes pièces. Puis, petit à petit, la maison s'agrandit en profondeur d'un péristyle, sur lequel s'ouvrent de nouvelles pièces aménagées pour les réceptions. Un jardin peut enfin se situer derrière la maison. Outre les maisons individuelles, dès le 3e siècle avant J.-C., se construisent des immeubles de rapport (insulae) divisés en logements, qui, parfois, peuvent avoir jusqu'à sept étages. Le confort et l'hygiène y sont médiocres ou même insuffisants, mais les loyers y sont fort chers ! De plus, la sécurité dans les rues est fort peu assurée (Juvénal, Satires). Les citoyens les plus riches possèdent souvent des maisons de campagne (Cicéron en eut jusqu'à neuf ! ),construites sur des plans plus fantaisistes. Sous l'empire, elles deviennent vraiment somptueuses par la richesse des matériaux employés (or, ivoire, marbre, mosaïques...) (Sénèque, Lettres à Lucilius). Pour occuper ses loisirs, le citoyen pouvait trouver à Rome des Thermes (= bains publics) qui se développent surtout sous l'empire et deviennent de plus en plus luxueux, avec salles de réunions, bibliothèques, etc. (Sénèque, Lettres à Lucilius). On peut voir encore aujourd'hui les plus monumentaux, ceux construits par l'empereur Caracalla (3e siècle) sur l'Aventin. Plusieurs théâtres s'offraient aussi aux Romains : le premier construit en pierre fut celui de Pompée (55 avant J.-C.), suivi de celui de Balbus et enfin de celui de Marcellus (commencé sous César, achevé sous Auguste). Enfin de nombreux arcs de triomphe, forme spécifique de l'art romain, se présentaient aux yeux des promeneurs ; ils furent construits surtout sous l'Empire ; ce sont des sortes de portes monumentales élevées pour commémorer les victoires d'un empereur ; on voit encore celui de Titus (au Forum), de Constantin (près du Colisée) et de Septime-Sévère (au Forum) qui a servi de modèle à l'arc du Carrousel à Paris.
La Rome Antique
L'Histoire de la Rome Antique et de l'Empire Romain s'étale sur 1300 ans, de la fondation de Rome à la chute de l'Empire Romain. Pendant un peu plus d'une centaine d'année, Rome a été gouvernée par des Rois, puis Rome est devenue une République pendant 6 siècles et enfin a été gouvernée par un Empereur à partir du début de notre ère. César et Auguste César, le vainqueur de la Guerre des Gaules, est assassiné par Brutus aux Ides de Mars en 44 avant J-C. Le neveu et fils adoptif de César, Octave associé à Marc-Antoine vainc Brutus et Cassius, puis Octave et Marc-Antoine s'opposent à leur tour. Octave l'emporte à la bataille d'Actium en 31 avant J-C, il prend ensuite le nom d'Auguste et devient Empereur. L'Empire Romain A ce stade Rome est devenue la capitale du monde occidental, l'agglomération s'accroit (elle atteindra le million d'habitants. La ville se dote des infrastructures de services nécessaires: aqueducs, égouts (cloaca maxima), ... mais aussi développe de nombreuses infrastructures de culte, de détente et de loisirs : Temples, Thermes, Cirques, Théatres, .... et des Palais Impériaux Les impots prélevés dans les régions de l'Empire permettent de financer ces énormes aménagements. Les successeurs d'Auguste font construire de trés nombreux édifices. La dynastie des Flaviens développe les batiments destinés à la population de Rome, c'est l'époque du Panem et Circenses (du pain et des jeux). Les construction consacrées à la culture, aux loisirs et à la distraction des Romains prennent une ampleur impressionante avec le Colisée, le Palatin et le Circus Maximus, le Theatre de Marcellus, le Marché et les Thermes de Trajan, les Thermes de Caracalla et de Dioclétien et bien d'autres édifices encore. Submergé par les invasions des Barbares, l'Empire Romain d'Occident s'effondre au milieu du 5ème siècle aprés J-C. Celui d'Orient tiendra un millénaire de plus, jusqu'en 1453, année où les Turcs s'emparent de Constantinople.
Le Colisée
À l’extrêmité des Forums impériaux se dresse le Colisée ou amphithéâtre Flavien, commencé par Vespasien en 72 ap. J.-C. et terminé par Domitien en 82 (Suétone, Vies des douze Césars). Cet immense amphithéâtre mesure 54 mètres de hauteur et 527 mètres de circonférence. Il servait aux combats de gladiateurs et aux naumachies (= combats navals). 50 000 spectateurs pouvaient prendre place sur les gradins. Le nom du Colisée (Colosseo, en Francais Colosse) évoque force et puissance, c'est en effet l'impression que l'on a devant cette grande et belle construction. Le nom de Colisée a été donné au monument au Moyen-Age. A l'origine il s'appelle Amphithéatre Flavien, il a en effet été construit par trois Empereurs de la dynastie des Flaviens: Vespasien et ses fils Titus et Domitien. Ils voulaient gagner la sympathie et le soutien de la population de Rome suite à la prise du pouvoir par Vespasien consécutivement au suicide de Néron. Le site de l'Amphithéatre était auparavant occupé par un plan d'eau artificiel qui agrémentait la splendide et controversée Domus Auréa (Maison Dorée) de Néron
 
 
L'Arc de Constantin
L'Arc de Constantin a été construit en 315 aprés J-C par le Sénat et le peuple de Rome pour célebrer la victoire de Constantin sur Maxence au Pont Milvius en 312. Il est situé à l'extrémité Sud du chemin emprunté pour les Triomphes (Via Sacra). L'Arc comprend trois arches et s'élève à 25 mètres de hauteur
 
LE FORUM ROMANUM
Au pied du Capitole et du Palatin s’étend le Forum, aménagé sous Tarquin l’Ancien (quatrième successeur de Romulus). Il se trouvait primitivement en dehors de l’enceinte de la ville (d’où son nom) et servait de nécropole aux villages. C’était d’ailleurs une vallée marécageuse et malsaine. Quand les villages se fédérèrent, ce "forum" devint leur lieu de réunions et d’échanges. Des opérations de drainage (Tite-Live, Histoire romaine), furent donc faites par les successeurs de Romulus (grand égout collecteur appelé Cloaca Maxima, en partie encore visible de nos jours). C’est là que s’assemblaient, au temps de la République, le Sénat (dans le bâtiment appelé Curie) et le peuple devant la tribune aux harangues (les Rostres, parce qu’elle était ornée d’éperons de navires [rostra] pris à l’ennemi après la victoire d’Antium sur les Volsques en 338 av. J.-C.) On y construisit plusieurs sanctuaires, temples et basiliques ( = salles destinées aux réunions publiques) et de nombreuses boutiques s’y installèrent ; c’était vraiment le centre de la vie et de l’activité urbaines, des deux côtés de la Via sacra (Voie sacrée) qui le traversait d’Ouest en Est depuis l’arc de Septime-Sévère jusqu’à celui de Titus (proche du Colisée). On peut y voir encore les trois colonnes du temple des Dioscures (= Castor et Pollux), où étaient conservés les étalons des poids et mesures, le temple rond de Vesta et la maison des Vestales.
Le Forum Romanum conserve un nombre impressionnant de monuments antiques, mais aussi quelques uns plus récents, en général des églises construites sur les structures d'anciens édifices. Le Forum, qui est un espace réservé aux activités publiques, a été créé au début de la République (Vème siècle avant J-C). Il s'est développé lentement et c'est vers 180 avant J-C qu'est construite la première Basilique dont la fonction est de servir d'abri au peuple quand il fait mauvais temps. Au début de l'Empire, il est devenu insuffisant et une succession d'extension sont réalisées : ce sont les Forums Impériaux.
Le Forum de Nerva
contribue à développer encore cet espace public, s'y ajoute ensuite le Forum de Trajan. A ce stade, les Forums Impériaux s'étendent alors sur une superficie significative
 
Les Marchés Trajan, le Forum et les Thermes
Le Marché est le premier grand centre commercial jamais construit. Il a été réalisé par l'Architecte Appollore de Damas. Il est adossé à la Colline xxxx. L'ampleur des travaux surprend et est en meme temps un indicateur de l'intense activité commerciale de cette époque de l'Empire Romain. Il comporte de nombreuses cellules où étaient installés les commercants et artisans. Il est traversé par une rue qui est à mi-hauteur de l'ensemble.
 
Les Thermes de Trajan
Lorsqu’il devint trop petit, les empereurs créèrent, au nord de ce forum républicain, au pied des pentes du Quirinal et du Viminal, de nouveaux forums, dits "Forums impériaux". Le Forum de Trajan est dominé par la célèbre Colonne Trajane qui commémore les succès de cet empereur sur les Daces (= les Roumains actuels).
Les Thermes de Trajan ont été construites sur une partie de l'espace réservé à la Domus Aurea (Maison Dorée) de Néron. Les successeurs de cet Empereur ont voulu effacer dans la mémoire du peuple les abus de Néron et Trajan a fait construire sur l'emplacement de cette maison, un édifice public: les Thermes. Elles se situent quelques centaine de mètres du Forum et du Colisée. Il n'en reste que des ruines isolées dans un parc de la ville.
 
Le Capitole
Le Capitole était le centre religieux de la Rome antique, où se dressait le temple de Jupiter (6e siècle av. J.-C.) (Tite-Live, Histoire romaine). C’est là que les généraux vainqueurs venaient recevoir les honneurs du triomphe. Au pied du rocher situé à la base du Capitole se trouvait la prison (le Tullianum) où furent enfermés et moururent, entre autres, Jugurtha, les complices de Catilina (Salluste, Catilina) et Vercingétorix. Sur le flanc du Capitole se trouve l’escalier des Gémonies où les corps des condamnés à mort étaient exposés avant d’être jetés dans le Tibre. Sur l’un des sommets du Capitole se trouvait la Roche Tarpéienne d’où l’on précipitait les condamnés à mort (d’où le proverbe : "la roche tarpéienne est proche du Capitole").
Le Capitole symbolise les 2500 ans de l'Histoire de la ville de Rome. Avec ses 460 mètres de long et ses 180 mètres de large, le Capitole est la plus petite des sept collines de Rome, mais aussi la plus prestigieuse. Deux sommets composent la colline, séparés par une dépression : le Capitolium, aujourd'hui occupé par le Palais des Conservateurs, et l'Arx ou citadelle, emplacement actuel de l'église Sancta Maria d'Aracoeli. Vers le Sud le Capitole domine le Forum Romanum et la Rome Antique, vers le Nord il donne sur la ville Moderne.
 
Le Palatin
Le Palatin (qui tire son nom de la déesse Palès, protectrice des bergers) est le berceau de la Rome primitive bâtie par Romulus. Il fut d’abord habité par des particuliers jusqu’à la fin de la République ; puis les constructions impériales s’y élevèrent.
Au fur et à mesure du développement de la puissance de l'Etat Romain la capitale, Rome, a pris de plus en plus d'importance. Ceci s'est accentué avec l'Empire. Les Empereurs ont alors voulu avoir des résidences à la hauteur de leur pouvoir et ils les ont installées sur la colline du Palatin. Voilà l'origine des immenses ruines de cette partie de Rome.
Pour le symbole, rappelons que le mot Palais vient justement de Palatin à cause des luxueuses demeures de cet endroit.
 
Les Thermes de Rome
Les Thermes illustrent la qualité de vie qu'est parvenue à assurer la Civilisation Romaine. En effet ce sont des bâtiments dont l'objectif est de fournir détente, loisirs et culture aux populations alentour. On est donc bien au delà au delà des besoins primaires (nourriture, ...) de l'homme. Ils avaient une fonction qui dépassait l'hygiène nécessaire à la vie courante et le Romain des premiers siècles de notre ère se baignait plusieurs fois par jour. De nombreux établissements Thermaux ont été construits à Rome, deux conservent des restes significatifs: les Thermes de Caracalla et les Thermes de Dioclétien. La photo ci-contre montre les Thermes de Caracalla.
 
Rome et le Christianisme

L'Histoire du Christianisme porte l'empreinte de l'Empire Romain, dans lequel il est né et a vécu ses premières années. Pierre le disciple de Jésus est venu s'installer à Rome et y est mort comme martyr. Ses successeurs, les Papes ont pratiquement toujours résidé à Rome (sauf une période à Avignon). Beaucoup de monuments de la Rome Antique ne sont parvenus jusqu'à nous que parce qu'ils ont été attribués à l'Eglise Catholique. Ceci est vrai en particulier pour plusieurs édifices du Forum Romain, mais aussi pour le Panthéon et le Chateau Saint Ange.