Rechercher un sejour

Quand voyager ?
 
 
Comment voyager ?
 
 
Ou voyager ?
 
 
 
 
 
    • lnsel mainau
    • lac
    • musee
    • bodenseeschifffahrt
    • vogtsbauernhof
    • baden baden center
    • chutes
 

La FORÊT NOIRE – Traditions et terroir

par 5 jour(s) / 4 nuit(s) - 13/05/2019 au 17/05/2019
 
  • La Forêt noire
  •  Hôtel 3 *
  •  La pension complète avec boisson à table

 Excursions INCUSES :

  • Furtwangen, le berceau des fameuses horloges coucou.
  • Visite du musée de l’horlogerie. 
  • Les chutes de  Triberg
  • Visite de  l’écomusée « Vogtsbauernhof » à Gutach,
  • Seebach le petit musée international des Costumes Traditionnels
  • Promenade en bateau sur le lac de Titisee
  • Déjeuner à la « Couronne » de Sherwiller
 
 
apd: 645€
 
 

L'Allemagne et La Forêt Noire
 
La forêt noire, ses maisons typiques, son célèbre gâteau (le Forêt Noire),
son couvre-chef (le Bollenhut), ses coucous…
La Forêt Noire est dans le monde entier le symbole des vacances en Allemagne.
La région peut se targuer d´avoir une des plus grandes concentrations de stations thermales en Europe
avec ses 14 stations, mettant l´accent sur l’image d’un univers de vacances paisibles,
propice au rétablissement.
Le Feldberg est, avec une altitude de 1493 mètres, le point culminant de la Forêt Noire.
 
Alors, restons légés  et prenons un peu de hauteur. 
 
Du 13 au 17 mai 2019 - 5 jours /4 nuits - 645 €
 
 

 

 Découvrez le descriptif complet du séjour en ouvrant le fichier PDF ci dessus.
 
La FORÊT NOIRE
 

 
05 jours / 06 nuits
à partir de :
 
645  €
 
 
 
 
Ce tarif comprend :
Le transport en autocar de grand tourisme.
La pension complète, 1 boisson à table incluse   0,3 l de bière ou 0,2 l de vin ou 1 soft-drink ou
1 eau gazeuse, du dîner du jour 1 au déjeuner  du jour 5.
Les 4 nuits en  hôtel 3 * en chambre double
1 déjeuner à la Couronne de Sherwiller (6ème jour)
Les visites mentionnées au programme.
La promenade en bateau sur le lac Titisee
Les droits d’entrée sur les sites :
Furtwangen : le musée de l'horlogerie
Gutach : l’écomusée « Vogtsbauernhof »  avec guide
Seebach : musée des costumes traditionnels - Triberg : les chutes
 
 Ce tarif ne comprend pas :
Le supplément chambre individuelle: 161 €
Les repas   pris en cours de route (jour 1)
Les dépenses personnelles.
L’assurance annulation : 10 €
L’assurance rapatriement : 14 €  
 
 

                                                                                  Allemagne

                                                           Pays porteur d’histoire et de culture

 
L’Allemagne, ce pays au passé historique considérable impressionne par sa beauté et sa diversité des paysages. Dans le Sud du pays, en Bavière, les chateaux royaux dignes des contes de fée ainsi que les paysages majestueux et impressionnants valent le détour. La célèbre fête de la bière (Oktoberfest) de Munich enthousiasme chaque année les masses. Des points culminants culturels se trouvent dans les villes comme Dresde, Cologne, Heidelberg ou Nuremberg, tandis que le Rhin légendaire invite les visiteurs à rêvasser autour d’un verre de vin. 
 
 
RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

 
Géographie et climat
L'hiver n'est pas la meilleure saison pour voyager en Allemagne : entre le froid et la brume dans le sud, le vent et l'humidité dans le nord, la neige fréquente à Berlin, il y a de quoi hésiter. Si vous ne l'aviez déjà compris, l'idéal est donc de partir entre mai et septembre (plutôt chaud dans le Nord, - climat continental à Berlin-, carrément chaud dans le Sud). Un dernier conseil : pour faire face à la fraîcheur des soirées et aux averses orageuses, n'oubliez pas votre petite laine et surtout un bon imperméable.
Langue
Assez doués pour les langues, les Allemands de l'ouest parlent souvent l'anglais, plus rarement le français. À l'Est, où pas mal de personnes parlent le russe, la langue de Shakespeare est encore peu usitée. Dans la phrase simple : le verbe occupe toujours la deuxième place. Dans la subordonnée : le verbe est renvoyé en fin de phrase, ce qui complique l'affaire . Attention : en allemand, les noms communs prennent toujours une majuscule.
 
 
Formalités
Une carte d'identité en cours de validité ou un passeport français en cours de validité suffisent pour entrer en Allemagne. Pour les conducteurs : permis de conduire, carte grise et assurance.
Horaires
De manière générale, les magasins sont désormais ouverts de 9 h à 20 h en semaine, jusqu'à 16 h le samedi et jusqu'à 18 h les quatre samedis avant Noël. En revanche, ils sont fermés le dimanche et les jours fériés.
Poste
Les bureaux de poste sont en principe ouverts du lundi au vendredi de 8 h à 18 h et le samedi de 8 h à 12 h. Dans les gares des grandes villes et dans les aéroports, ils restent ouverts plus longtemps et parfois même le dimanche.
Pourboire
Le service est toujours compris dans l'addition, et le pourboire n'est pas une obligation. Indiquez alors le montant du pourboire en payant, car on ne le laisse jamais sur la table. Précisez : stimmt (on prononce « chtimt ») si vous laissez la monnaie.
Téléphone
Allemagne vers France : 00 + 33 + no du correspondant à 9 chiffres (on ne compose pas le 0). Allemagne versBelgique : 00 + 32 + indicatif de la ville + numéro. France vers Allemagne : 00 (tonalité) + 49 + indicatif de la ville + no du correspondant. Belgique vers Allemagne : 00 + 49 + indicatif de la ville + numéro. Allemagne versAllemagne : pour téléphoner d'une localité à l'autre de l'Allemagne, il faut composer le 0 devant l'indicatif de la ville. Renseignements nationaux : tél, 01-188. Renseignements internationaux : tél, 00-118 (depuis l'Allemagne) et tél, 00-33-12 + code pays (49 pour l'Allemagne), depuis la France. Appel en PCV : tél, 013-08-000 + 33 (pour la France). Urgences (de n'importe quel poste, dans tout le pays) : appel de secours, tél, 110. Sapeurs-pompiers : tél, 112.
Monnaie, banques
L'euro a remplacé le mark le 1er janvier 2002. Les banques sont ouvertes en semaine, en général de 8 h 30 à 16 h ou 17 h. Attention, elles sont fermées les samedi et dimanche.
Santé et sécurité
Les médecins consultent en général de 10 h à 12 h et de 16 h à 18 h, sauf les mercredi, samedi et dimanche. En cas de pépin, on peut toujours appeler le consulat de France qui fournira une liste de médecins.
Achats, souvenirs
Finies les soirées où l'on ne trouvait plus un magasin ouvert après 18 h. Depuis novembre 1996, l'Allemagne imite ses voisins européens et autorise désormais les magasins à rester ouverts jusqu'à 20 h en semaine. En revanche, ils ferment toujours tôt le samedi : 16 h.
Les disques et les CD sont un peu moins chers qu'en France. Si vous passez en Forêt-Noire, rapportez unehorloge-coucou, à l'Est, les porcelaines de Saxe ou de Meissen. Pour les ordinateurs, hi-fi et matériel photo : méfiez-vous du mythe. Les Birkenstockschuhe : genre de sandales orthopédiques, très à la mode chez nos amis allemands. Dans les villes de l'Est, les germanophiles se jetteront sur les livres (surtout à Leipzig), bon marché, et les mélomanes sur les partitions, réputées pour leur qualité. Les foulards de soie et, pour ceux qui aiment, les célèbres chopes à bière de Munich. Et aussi les pierres taillées de la région du Palatinat.
Cuisine
On retrouve le porc dans toutes les assiettes et quelles que soient les régions, sous des formes prouvant l'imagination débridée des charcutiers : saucisses, saucissons, lardons, jambons, jarrets, abats ou simples côtelettes...
Dès le petit déjeuner, la Weisswurst, sorte de boudin blanc, est de loin la meilleure. La Bockwurst a une peau trop dure. La Plockwurst, aux airs de knack rosie, contient aussi du boeuf. La Bierwurst, sorte de salami, accompagne la bière. La Bratwurst, servie grillée, est l'une des plus courantes. La Schinkenwurst, fumée mais à grains épais, n'a pas l'air engageant. La Leberwurst, au foie, peut être tartinée et la Knackwurst est la moins passionnante ! Nous ne nous étendrons pas sur leurs consoeurs : Wiener, Brägen, Zungen et autres Würsteplus rares.
Pour accompagner saucisses et viande de porc, deux légumes omniprésents : la pomme de terre (Kartoffel) et le chou (Kohl). Les patates se mangent sous toutes leurs formes : salade, purée, frites, etc. Le chou, rouge et aigre en entrée, donne aussi la fameuse choucroute (Sauerkraut), moins présente dans le pays qu'on le croit. Elle accompagne surtout le Eisbein, jarret de porc fumé et bonne spécialité berlinoise. Les Knödel sont également fréquents dans tout le pays. Ces grosses boulettes de pâte, à base de mie de pain ou de pommes de terre, ne sont pas vraiment ce que la cuisine d'Europe centrale a donné de meilleur. Un bon plat hongrois que l'on trouve dans tout l'est de l'Allemagne : le goulasch, soupe de boeuf aux oignons et au paprika.
Qu'on s'en tienne au pain, absolument exquis, tant les Weissbrot (blanc), Schwarzbrot (noir), Vollkornbrot (aux céréales), Brötchen (petits pains), que le Pumpernickel, pain noir dont les fines tranches compactes sont, comme en Scandinavie, conservées sous papier aluminium. Sur ce pain, posez un hareng Bismarck, ou ces charcuteries dont les Allemands sont les maîtres : Leberwurst, jambon de Westphalie, etc. Et pour finir, prenez le temps du Kaffee-Kuchen à l'heure du goûter et attaquez un gros gâteau crémeux à étages (Schwarzwälder Kirschtorte), ou une lichette de ces pâtisseries géantes, type Strudel, dont les ménagères étalent la pâte sur leur plaque de four.
               
 
Boissons
En Allemagne, « eau » s'entend presque toujours gazeuse. Si vous ne supportez pas les bulles, insistez pour avoir de la stilles Wasser (eau non gazeuse) ou demandez de l'eau du robinet (Leitungswasser).
La bière : Chez les anciens Germains, on buvait de la bière (Bier) sans excès, et toujours entre Kameraden. La bière : après l'avoir brassée de ses mains, la maîtresse de maison la présente dans de grandes cornes à ses invités, venus au banquet par amitié, ou pour fêter le solstice d'hiver. Les Mass, chopes d'un litre, glissent en fanfare d'un bout à l'autre des longues tables en bois. Selon l'époque, elles débordent de Starkbier, une bière forte de printemps inventée pour revigorer les moines durant le carême, ou de la Maibock de mai, plus ronde et plus légère. En été vient le temps des Biergärten, ces jardins à bière où des milliers de chopes peuvent trinquer sous les châtaigniers, et dont Munich, là encore, s'est fait une spécialité. Chaque région, chaque ville, chaque abbaye parfois, a la sienne et la défend contre toutes les autres ! La Salvator, une brune de Bavière qui n'est brassée que quelques jours par an. Berlin savoure dans une grande coupe à pied sa Berliner Weisse,une bière blanche de froment (Weizen),mousseuse et un brin amère, relevée avec de la framboise ou du citron. Au XVe siècle, l'Allemagne comptait au moins 113 bières diverses, souvent aromatisées : safran, cannelle, muscade, gentiane, opium même... Elles disparurent avec le Reinheitsgebot de 1516, qui limitait strictement les composants de la bière : orge, eau, houblon.
Les vins : Le vin (Wein) allemand a ses crus, ses lieux, et sa vogue progresse : il plaît. Dans toute l'Allemagne, on trouve des bars à vin : Weinstube, Weinkeller, Weinrestaurant, Schneckenhaus et autres Kneipen, où on le boit dans des verres bombés, dressés sur un gros pied de couleur verte, le Schoppen (canon), avec de petits plats chauds. Dans les régions viticoles, en revanche, le vin règne dans toutes les auberges, on le sert sous la tonnelle en Schoppen ou en Viertel (quart). Ce vin est le plus souvent blanc, gai, fruité, subtil. Bref, un peu alsacien. Pas étonnant, les cépages (riesling, pour les meilleurs, mais aussi sylvaner, traminer, etc.) et le climat sont en gros les mêmes. Avec une particularité, la douceur. Vérifier le sigle : Tafelwein pour le courant,QBA pour les vins d'appellation contrôlée, QMP pour les crus exceptionnels, et Naturrein (pureté naturelle) pour tous, car les fraudes sont fréquentes.
Le vignoble allemand se cantonne dans le centre et le sud du pays, où il s'atomise en petits crus. Les plus fameux sont les vins du Rhin, comme l'illustre la route du Vinqui s'étire de Karlsruhe à Spire, en passant par la Rheinhau, autour de Rüdesheim, Bad Dürkheim et le long défilé après Bingen. Dans la foulée, il faut goûter leurs voisins du Palatinat, les Pfälzer, doux, puissants et complexes, et ceux, secs et racés, des vallées de la Sarre et de la Moselle.
Les crus du sud-ouest sont remarquables, en premier lieu ceux du Kaiserstuhl, près de Fribourg-en-Brisgau, marqués par leur terroir volcanique, ainsi que leurs compères de la Forêt-Noire, les Markgräfler (près de Baden-Baden), et de Franconie (Franken), secs comme les Tübingen. Une pensée pour les vins bavarois (Rothenburg et Würzburg), très clairs, très secs, très élégants, conservés dans des bouteilles à ventre rond et plat, dérivées des outres (Bocksbeutel, « sac de bouc »). La Thuringe aussi a ses crus : les vins des vallées de la Saale et d'Unstrut. Les bordeaux traditionnellement importés par les villes hanséates jouissent à Lübeck d'un curieux traitement : on les cuit, on les sucre, on les revend aux Scandinaves sous le label Lübischer Rotspon !
Les alcools : Il y a des schnaps à tout. Aux fruits dans la Forêt-Noire : cerise, quetsche, framboise... Blancs en Westphalie, comme le Steinhäger. Au cumin dans le Schleswig-Holstein. Plus spécial, le Weinbrand de Mayence ou Wiesbaden, imité du cognac. Le Kümmel de la Baltique et le Dantziger Goldwasser, frère de la vodka aux paillettes d'or de Pologne. Le bizarre Jägermeister et le redoutable Ratzeputz du nord, mixture incendiaire à base de gingembre conçue pour résister à des froids de - 30 oC. Dans l'ex-RDA, l'alcool le plus fréquent reste la vodka. On peut aussi goûter au Korn, eau-de-vie de grain au goût curieux.
Fêtes et jours fériés
Jours fériés : 1er janvier, Épiphanie (dans le Bade-Wurtemberg, en Bavière et en Saxe-Anhalt), Carnaval dans le Bade-Wurtemberg, en Bavière du Sud, en Rhénanie-Palatinat et Rhénanie-Westphalie, Vendredi saint, dimanche et lundi de Pâques, 1er mai, Ascension, dimanche et lundi de Pentecôte, Fête-Dieu, Assomption (en Bavière et en Sarre), Fronleichman (2e jeudi suivant la Pentecôte), le 3 octobre et les 25 et 26 décembre.
Fêtes : Fête nationale : le 3 octobre, date de la réunification. Oktoberfest : grande fête de la Bière, de la mi-septembre au premier dimanche d'octobre. Frühlingsfest (fête du Printemps) : manifestation la plus gaie et la plus importante de l'ex-RDA. A lieu le 1er mai de chaque année. Weihnachtsmärkte (marchés de Noël) : dans de nombreuses villes, durant tout le mois de décembre : artisanat, vin chaud à la cannelle, saucisses à profusion, pains d'épices... Carnavals rhénans et alémaniques : en février, à Düsseldorf, Cologne, Bonn, Mayence. Le Rhin en flammes : entre mai et septembre, les rives et coteaux du Rhin romantique, Bonn et Mayence s'embrasent, sous les lumières des bateaux illuminés.
Love Parade à Berlin : Berlin accueille chaque été une nouvelle édition de la Love Parade. Cette grande manifestation techno accueille à chaque fois plus d'un million de participants venus du monde entier.
L'âme allemande
Contrairement à ce que l'on croit souvent, les Allemands ne manquent pas d'humour. En revanche, s'il est une chose dont ils manquent certainement, c'est de détachement face à la vie ; car leur soif d'absolu les empêche de plaisanter sur les événements graves. Si les Britanniques, eux, mettent un point d'honneur à tourner en dérision les avatars les plus dramatiques, leur manière d'en sourire laisse les Allemands en général très mal à l'aise, tout comme, dans un autre registre, les Français sont d'une susceptibilité maladive et incapables de se moquer d'eux-mêmes. « Les Allemands, disait Goethe, compliquent tout... à la fois pour eux-mêmes mais aussi pour les autres. » Les valeurs et les institutions démocratiques sont très récentes dans l'histoire allemande. Les Allemands savent que le meilleur moyen de sauvegarder leur démocratie est de la consolider avec des lois qui puissent guider leur comportement. Voilà pourquoi la société allemande peut, à certains moments, paraître guindée, conformiste et très réglementée. Cette autodiscipline leur est essentielle pour brider les pulsions irrationnelles qui hantent leur mémoire collective.
Savoir-vivre, coutumes
Bien qu'il n'y ait pas de différences fondamentales entre les moeurs de nos voisins et les nôtres, il faut savoir que les Allemands sont d'une nature plutôt disciplinée. Ne vous ruez pas sur la première Allemande qu'on vous présente en l'embrassant sur les deux joues comme si vous la connaissiez depuis toujours. En Allemagne, on n'embrasse que les personnes que l'on connaît bien. Traversez la rue lorsque le feu pour piétons est au vert, et ce, même quand il n'y a pas de voiture en vue. Faire le contraire pourrait vous attirer les remarques de mères de famille, ou de policiers. Cela pourrait même vous coûter une amende. Évitez d'aborder le thème du IIIe Reich avec un inconnu ou une connaissance trop récente. Traumatisés par leur passé, les Allemands restent très susceptibles sur ce point et pourraient croire à une mise en accusation directe de votre part. Évitez d'arriver 45 mn en retard à vos rendez-vous, les Allemands sont d'une ponctualité très suisse